La Pleine conscience

La Pleine conscience ou Mindfulness

L’expression pleine conscience ou mindfulness désigne à la fois :

  • l’une des formes de méditation avec des outils spécifiques,
  • un processus de présence attentive et de relation attentionnée à toute expérience qui se déroule,
  • et l’état intérieur qui en résulte.

Nous retiendrons ici que la pleine conscience est un entraînement psycho-corporel, fondé sur l’attention et l’expérience de l’instant présent. Issue des enseignements bouddhistes – dont le Dalaï-Lama dit qu’ « ils  ne sont pas une religion mais une science de l’esprit » -, Jon Kabat-Zinn la définit comme étant :

La présence consciente
qui émerge naturellement du fait de  poser son attention,
délibérément,
sans jugement,
instant après instant,
sur l’expérience qui se déploie
.

Sans jugement ?… oui, en le remplaçant dès qu’on s’en rend compte, par l’intérêt et la curiosité, comme les 1ères fois, comme les enfants.

De quoi est faite une expérience ? de perceptions,  sensations corporelles, d’impressions agréables ou pas, d’émotions, de pensées ou images mentales, de leur processus ainsi que de notre relation et notre réaction à tout cela qui s’élève en nous, d’instant en instant. Tout ce que l’on appelle objet d’attention.

Les modalités de la méditation de pleine conscience sont diverses : en général, on s’établit et se maintient dans une posture alerte et non réactive à ce qui se manifeste dans le présent.

Ses formes consistent à soutenir son attention en étant assis, allongé, en marchant ou pratiquant des mouvements de yoga, durant 5 ou 20 voire  45mn. Vigilant sans rien faire. Comme déjà mentionné, simple et pas toujours aisé ! Quelques secondes se passent… et on se découvre entraîné dans un flot de pensées ou de réactions automatiques à un phénomène qui se présente : une mouche qui s’attarde sur notre nez, une douleur au genou, le son strident d’une tronçonneuse, l’agacement qu’il suscite, … L’exercice consiste alors à revenir à l’objet d’attention, simplement, patiemment, avec bienveillance, autant de fois que nécessaire, sans réagir.

Quand le méditant est familiarisé avec çà (grâce à l’entrainement guidé quotidien durant 8 semaines comme par exemple dans le programme MBSR) il maintient alors sa présence non réactive et ouverte dans sa vie quotidienne et les situations qui s’y présentent.

Cette pratique peut sembler austère mais les bienfaits qu’elle produit en font un grand remède à la frénésie et un contre-poids à la pression du monde contemporain.  Elle demande juste une intention et un entraînement.


 

Accueil Ses bienfaits